Discours du Président de la République d`Azerbaïdjan Heydar Aliyev à la séance solennelle du Milli Médjlis à l`occasion du 80ième anniversaire de la République Démocratique d`Azerbaïdjan - Le 27 mai 1998


Cher Milli Médjlis!

Cher président!

Chers députés!

Je vous félicite cordialement à l'occasion du 80ième anniversaire de la fondation de la République Démocratique d'Azerbaïdjan, je vous souhaite des succès dans votre travail futur au nom du développement de l'indépendance de l'Azerbaïdjan.

Je salue cordialement vous tous, je rends hommage à tous les députés du Milli Médjlis, qui représentent une aile puissante de l'Etat azerbaïdjanais.

Nous célébrons le 80ième anniversaire de la République Démocratique d'Azerbaïdjan avec une grande fierté. Les évènements organisés à cette occasion en République d'Azerbaïdjan ces derniers mois, les cérémonies solennelles, les conférences scientifiques ont présenté plus largement à l'Azerbaïdjan actuel l'activité de la République Démocratique d'Azerbaïdjan et en même temps ont apprécié hautement la voie passée par le peuple azerbaïdjanais au cours de 80 ans, ses progrès.

La République Démocratique d'Azerbaïdjan n'a pas duré longtemps. Mais elle devint au XX siècle une étape historique dans la vie du peuple azerbaïdjanais et jeta les bases du futur, de l'indépendance, de la liberté, de la souveraineté de notre peuple. C'est pour cette raison, que tous les citoyens de l'Azerbaïdjan, nous tous nous rappelons avec une grande reconnaissance la fondation de la République démocratique d'Azerbaïdjan, son activité et ses fondateurs, les gens qui ont fait preuve de l'héroïsme pendant cette période. En même temps, nous apprécions hautement la période ultérieure.

A la fin de 1992, le peuple azerbaïdjanais restaura l'indépendance acquise en 1918 et perdue par la suite. Il y a six ans nous vivons dans les conditions de l'indépendance. L'Azerbaïdjan prouva son indépendance, l'avait approuvée dans les organismes internationaux et créa la base pour qu'elle soit perpétuelle, permanente.

Pareilles aux années 1918-1920, les dernières six années furent très difficiles également. Nous pouvons dire avec fierté, que nous avons surmonté ces difficultés, que notre Etat vit et continue à vivre dans les conditions difficiles et aura des progrès.

Afin de créer des bases juridiques normatives de l'Etat indépendant en Azerbaïdjan, le parlement azerbaïdjanais, Milli Médjlis entreprit un grand travail au cours de ces années. L'adoption en novembre 1995 de la première Constitution démocratique de l'Azerbaïdjan indépendant par la voie du suffrage universelle est un des évènements historique du XX siècle. A partir du novembre 1995 sur la base des élections démocratiques - ouvertes, libres, justes, sur la base du pluripartisme en Azerbaïdjan fut élu le premier parlement de l'Azerbaïdjan indépendant.

Dès lors le parlement fonctionne avec succès et est un participant actif du processus de la construction d'Etat, de la mise en place des réformes politiques, économiques en Azerbaïdjan, du renforcement et du développement de l'indépendance de l'Azerbaïdjan. J'apprécie hautement l'activité du Milli Médjlis, du parlement surtout au cours de la dernière période. Les organes de l'Etat, du gouvernement s'habituent de l'année en année aux fonctions, pouvoirs fixés par la Constitution et ont pu maîtriser correctement ces pouvoirs et principes. Cela crée de bonnes possibilités à chaque organe de l'Etat de travailler efficacement dans les cadres de son mandat.

De ce point de vue l'activité du Milli Médjlis, parlement azerbaïdjanais est digne d'approbation les derniers temps. Je l'apprécie hautement.

La base de notre vie constitue la loi. Notre loi fondamentale est la Constitution. Les lois adoptées sur la base de la Constitution aujourd'hui et demain sont des documents clés pour assurer le développement de la République d'Azerbaïdjan, de l'Etat azerbaïdjanais. Et ces lois sont discutées et approuvées par le Milli Médjlis.

Dans chaque Etat démocratique fondé sur le principe de la répartition du pouvoir, l'activité législative a une grande importance. A la suite de l'activité législative sont créées des lois et sur la base de ces lois se forme la société, s'activent les gens, construisent leurs vies sur la base de ces lois. Toutes les branches de l'Etat peuvent mener leur activité efficacement. C'est pourquoi, je répète que l'activité législative est la plus importante partie de l'Etat. De ce point de vue, votre travail a une grande importance et les résultats acquis sont dignes d'approbation.

Aujourd'hui on peut déclarer avec toute la fermeté nécessaire que l'Etat azerbaïdjanais, la République d'Azerbaïdjan indépendante est l'héritière de la République Démocratique fondée en 1918. Nous suivons ce principe de succession avec dévouement. Sans doute, entre les années 1918-1920 et 1990 il y a une grande différence ou bien entre ces périodes il y a une grande distance. Cependant, cette distance ne fut pas remplie par le vide - pendant ces 70 ans le peuple azerbaïdjanais vivait, se développait en tant que nation et créa un potentiel économique, politique, intellectuel, culturel qui existe aujourd'hui. Tout cela ensemble fait la période de 70 ans. Célébrant le 80ième anniversaire de la République Démocratique d'Azerbaïdjan, nous évaluons le chemin de 80 ans passé par le peuple azerbaïdjanais, tous ses progrès, nous célébrons nos progrès.

Sans doute, il n'existe pas le pays où les progrès ne vont pas de pair avec les sacrifices et les pertes. Dans notre pays, en Azerbaïdjan il était de même. Il n'y a lieu à s'étonner. Nos historiens doivent l'analyser et mettre le point sur le i, donner une évaluation à tout cela. Aujourd'hui nous construisons l'Etat d'Azerbaïdjan indépendant. En construisant l'Etat d'Azerbaïdjan indépendant, nous apprécions toujours le passé historique, nous réjouissons de nos progrès, nous attristons de nos pertes et nos sacrifices.

Milli Médjlis de la République d'Azerbaïdjan est actuellement l'héritier du parlement créé par la République Démocratique. La succession signifiait toujours une grande responsabilité. La succession ne veut pas dire que tu dois copier un événement quelconque, tel qu'il était auparavant ou bien vivre au même niveau. Tout héritier, chérissant le principe de l'héritage, étant l'héritier de la période passée, de l'événement passé doit faire élever cette période passée à un niveau plus haut. Nous le faisons en Azerbaïdjan et nous avons eu des progrès dans ce domaine.

Je considère que le Milli Médjlis actuel de l'Azerbaïdjan porte avec honneur le nom de l'héritier et pendant les années passées surtout au cours de la dernière période il fit un travail important pour le développement de l'Etat azerbaïdjanais indépendant. Je vous en suis très reconnaissant. Je voudrais avoir confiance qu'à l'avenir également vous ayez des progrès et seriez dignes de ce nom honorable.

La réalité actuelle exige l'union plus étroite, la solidarité dans notre pays. Je suis heureux qu'en Azerbaïdjan au régime démocratique actuel soient établies des relations saines entre les branches du pouvoir sur la base des principes de la Constitution. Cela crée pour nous tous, et pour le parlement et pour l'exécutif, pour l'administration judiciaire de très bonnes conditions de travail. Je note en particulier les relations d'affaires, saines, de principe entre le parlement et le Président.

Les députés qui intervinrent aujourd'hui se sont rappelés les discordes qui eurent lieu dans la vie de la République Démocratique en 1918-1920, la lutte pour le pouvoir et les faits quand les intérêts nationaux ont été trahis au profit des intérêts personnels. Cela a eu lieu. Nous devons tirer une leçon de notre passé. Profiter de ces bons côtés qui nous sont utiles aujourd'hui et éviter les manifestations de mauvais côtés.

Malheureusement au cours de six ans écoulés l'existence indépendante de l'Azerbaïdjan fut accompagnée par les évènements semblables à ceux qui eurent lieu en 1918-1920. Quelles que soient les difficultés que cela créa, elles n'ont pas pu empêcher l'évolution de l'Azerbaïdjan dans la voie de l'indépendance nationale et ne le pourrons pas. Malgré tout cela et aujourd'hui et dans le futur et au Milli Médjlis de l'Azerbaïdjan et dans tous les organes de l'Etat et dans notre société et au sein du peuple doivent être établies l'union civile, la solidarité civile, l'union nationale, la solidarité sur la base des principes sains, des principes de l'assurance des libertés de l'homme, du pluralisme des avis, du pluralisme politique.

Nous travaillons et nous travaillerons dans cette direction. Je vous assure qu'en tant que Président de l'Azerbaïdjan, je considère que cette fonction soit ma tâche principale et je pense que nous ayons des progrès importants dans ce domaine. En attendant nous avons beaucoup à faire, il y a des défauts qu'il est nécessaire d'éliminer. J'espère qu'à la suite de notre travail commun, par la voie du développement ultérieur des relations saines existantes actuellement dans la société, les organes de l'Etat en Azerbaïdjan soit créée une ambiance saine, et nous allons arriver à l'union encore plus étroite, à la solidarité.

Aujourd'hui, je vous félicite encore une fois à l'occasion de la fête et je considère la délibération spéciale du 80ième anniversaire de la République Démocratique au parlement de l'Azerbaïdjan, Milli Médjlis, la tenue de la séance de fête comme événement très significatif. Je vous souhaite la santé et bonne chance.

Bonne fête!